Canicule : comment rafraîchir son logement en trois gestes simples

 13.07.2017  Conseils / Service clients

soleil canicule chaleur

En période de fortes chaleurs, quelques précautions de base permettent d’éviter que le thermomètre ne monte en flèche à l’intérieur des pièces, sans se ruiner avec un climatiseur.

C’est l’été, il fait chaud et, quand la canicule menace, la maison ou l’appartement restent les meilleures solutions de repli pour éviter les affres d’un soleil rude. Pourtant, il suffit de quelques jours à la fournaise extérieure pour s’engouffrer à l’intérieur du logis et y faire grimper durablement la température.

Pour juguler la chaleur, il faut d’abord en identifier les sources principales, à l’extérieur comme à l’intérieur du logement.

Fermer les fenêtres : c’est par ces ouvertures que l’air circule, du chaud vers le froid selon le principe du transfert thermique.  L’idéal est donc les laisser fermer, du moins tant que la température est plus élevé dehors que dedans. Il est aussi très vivement conseillé de tirer et de baisser les stores afin de se prémunir contre l’effet « serre » provoqué par le passage de la lumière à travers le vitrage. Si la nuit se révèle plus fraîche, c’est le moment de tout ouvrir et si possible de créer des courants d’air entre plusieurs pièces.

Couper les équipements électriques : ils dégagent beaucoup de chaleur, aussi est-il préférable d’éviter de les faire fonctionner en même temps. Dans la mesure du possible, l’occupant débranchera complétement ceux dont il n’a pas une utilité immédiate (même en veille, ils dépensent de l’énergie et influent sur la température). Il fera attention à laisser les lumières éteintes dans les pièces de vie. De préférence, les chambres à coucher seront plongées dans le noir toute la journée.

Une astuce…installer des plantes !

Le phénomène d’évapotranspiration prête aux végétaux un pouvoir naturel de rafraîchisseur d’air. Les plantes absorbent en effet l’eau présente dans le sol et la restitue en petites particules dans l’atmosphère. En cas de forte chaleur, ce processus va lutter contre la chaleur urbaine diffusée par le bitume et les ensembles en béton, mais aussi par les balcons ou les rebords de fenêtres. L’ombre projetée par les arbres et la végétation à feuille caduque permet de préserver ces surfaces massives et bétonnées des rayonnements solaires. Indiscutablement, la combinaison ombre/vapeur reste une solution simple et la formule la plus écologique pour perdre quelques degrés.

Retour aux actualités