La maison individuelle, le « logement idéal » des français

 27.04.2017  Transaction

En Pays-de-la-Loire, la hausse des commercialisations de maisons individuelles a atteint +31% en 2016, indique une étude des Constructeurs et Aménageurs de la Fédération Française du Bâtiment (LCA-FFB).

133 600 maisons individuelles construites en secteur diffus (hors lotissements réalisés par les promoteurs) ont été vendues l’an dernier sur l’ensemble du territoire national, un chiffre en hausse de +19,5 % qui confirme et amplifie l’embellie déjà observée en 2015 (+13,5%).

Ce bilan dressé par les Constructeurs et Aménageurs de la Fédération Française du Bâtiment (LCA-FFB*) a très largement surpassé les anticipations initiales des professionnels qui tablaient sur un volume de 120 000 à 126 000 transactions. Il ne rattrape pourtant pas les niveaux de ventes de 2010 (145 000) et reste très inférieur au rythme des années d’avant-crise, période d’euphorie immobilière dont le point culminant a été atteint « en 2006 et 2007 où l’on avoisinait 160 0000 à 170 000 ventes par an » souligne Patrick Vandromme, président de LCA-FFB.

Fort rebond des ventes en Pays de la Loire

Le rééquilibrage observé l’an dernier tient d’abord aux bonnes conditions de financement créées par des taux d’emprunt historiquement bas. Elle reflète ensuite un regain d’intérêt certain pour le logis individuel, la forme d’habitat la plus en adéquation avec le projet de vie familial des français. Dans tous les territoires régionaux, les constructeurs ont affiché des ventes en hausse de +10 % minimum, avec un pic dans l’ouest et les Pays de la Loire où le redémarrage a été beaucoup plus net qu’ailleurs (+ 31 %).

En février 2017, une enquête menée par un acteur national de l’immobilier dessinait les contours du logement idéal tel que le conçoivent les ménages : 71% d’entre eux disaient préférer la maison à l’appartement, contre 58% en 2011. Cet engouement pour l’individuel s’explique par un souci croissant de vivre dans un environnement « calme », préoccupation devenue prioritaire pour 27,7% des sondés, devant le prix du bien.

Le portrait-robot de la maison individuelle

Le critère prépondérant cité par 26% des familles avec des enfants est « de disposer d’un chambre pour chacun d’eux » indique l’étude. Viennent ensuite la volonté de résider « à proximité d’une école » puis, dans l’ordre de préférence, de trouver le calme et un sentiment de sécurité.

La synthèse des éléments recueillis lors de l’enquête permet de dresser le profil type du logement idéal pour les français : une maison individuelle de plain-pied (ou d’un étage au maximum), chauffée au gaz plutôt qu’à l’électricité, bien exposée à la lumière naturelle et située dans un environnement calme, « à moins de 10 minutes des transports et à proximité des écoles ».

 

*La LCA-FFB regroupe depuis 2016  l'Union des Maisons Françaises (UMF) et l'Union des Constructeurs Immobiliers de la Fédération française du bâtiment (FFB), soit quelque 800 entreprises, essentiellement des constructeurs de maisons, des promoteurs immobiliers et des aménageurs-lotisseurs.

Retour aux actualités