Loyer : connaitre les prix pratiqués dans les grandes agglomérations françaises

 08/06/2017

En 2013, l’Etat a encouragé la mise en place d’un réseau d’Observatoires locaux des Loyers chargé d’appliquer, sur le terrain, une méthode commune de collecte et de traitement des données. Une mutualisation qui doit permettre d’établir chaque année un état des lieux « fiable » des valeurs locatives dans les grandes agglomérations françaises.

Rennes, Alençon Montpellier, Brest, Toulouse Lyon ou Grenoble disposent de leur propre Observatoire des Loyers retenus pour intégrer le réseau national constitué en 2013 à la suite d’un appel à candidature lancé par le Ministère du Logement. La ville de Nantes est entré dans la boucle au même moment via l’Observatoire locatif privé Cina-Auran créé quatre ans plus tôt par le Club Immobilier Nantes-Atlantique et l’Agence d’Urbanisme de la région Nantaise.

Quel était l’objectif initial de cette harmonisation? Sabine Baïetto-Beysson et Bernard Vorms, les deux experts missionnés par le gouvernement pour rédiger un rapport sur le sujet, préconisaient la mise en place « d’un système ouvert, appuyé sur les initiatives locales et destiné à les consolider en concourant à l’exploitation centralisée des données collectées au plan local ». Pour l’Etat il s’agissait de disposer de ressources « croisant localisation et caractéristiques du logement » afin de dresser des bilans de conjoncture « fiables » du marché locatif français et évaluer avec davantage d’exactitude l’efficacité des politiques publiques en matière de logement.

Un Observatoire de l’Immobilier commercial à Nantes

En 2015, cinq nouveaux membres, dont Paris avec l’Olap (Observatoire des Loyers de la Région Parisienne), Lille et Alençon avec les agences départementales pour l’information sur le logement (ADIL) du Nord et de l’Orne, ont rejoint les 18 partenaires sélectionnés deux ans plus tôt dans la phase expérimentale du projet. Le réseau actuel couvre 25 territoires, principalement urbains.

Validées par un comité scientifique indépendant, les premières données recueillies par ces « Observatoires locaux des Loyers » ont été rendues publiques en 2016 sur un site internet créé sous l’égide de l’Agence nationale pour l’Information sur le Logement (ANIL). Ce service en ligne doit fournir des renseignements précis aux propriétaires et aux locataires sur les niveaux de loyers pratiqués dans les territoires. L’outil offre également la possibilité aux professionnels de l’immobilier, aux chercheurs et aux investisseurs d’avoir accès à des contenus d’actualités et des analyses graphiques de loyers fondées, dans chacune des zones géographiques étudiées, sur les deux mêmes critères d’évaluation : l'ancienneté d'occupation du bien et la période de construction.

A Nantes, l’Observatoire du logement locatif est complété par l’Observatoire des marchés des opérations immobilières dans le tertiaire et l’industrie, et plus récemment de l’Onico, créé par le CINA et la CCI de Nantes Saint-Nazaire afin de sonder le marché de l’immobilier commercial dans l’agglomération Nantaise.

  Retour à la liste des actualités