Immobilier : Nantes lance la French Proptech

 06.08.2018  Evénement

nantes french prop tech

En juin dernier, un groupe d’entrepreneurs a profité du Web2Day pour annoncer la création d’un mouvement national destiné à structurer et accompagner l’ensemble de la filière engagée dans la mutation technologique des activités immobilières.

PropTech ? Le terme, construit par analogie au désormais fameux réseau FrenchTech constitué en 2013 sous l’égide de l’Etat afin de soutenir le développement des start up françaises, désigne un marché encore émergeant, créateur de nouveaux usages immobiliers à partir des technologies digitales.

A Nantes, une quinzaine d’entreprises a investi dans ces solutions d’avenir aptes à suivre, voire anticiper, les évolutions des modes de conception, de construction et de consommation. Ces acteurs sont d’autant mieux identifiables qu’une partie d’entre-eux ont été regroupés au sein d’un même bâtiment, Unik, situé au cœur du quartier de la Création. C’est là, autour de la société EP, engagée dans le développement numérique de l’Habitat, qu’est né le projet de Prop Tech Nantes, en écho à une démarche analogue initiée en mars dernier à Montpellier.

En bonne intelligence, les deux structures se sont trouvé des objectifs communs qui les ont amenées à cosigner une charte où les bases d’une seule et même association nationale étaient posées. Cette French PropTech a été officiellement lancée le 13 juin dernier à Nantes en ouverture du Web2Day, le plus gros évènement français dédié au numérique. Etaient présents sur place l’ensemble des parties prenantes du projet, dont le fondateur d’Immodvisor, Jean-Philippe Emeriau qui voit dans ce regroupement un moyen « d’accompagner efficacement les professionnels de l’immobilier dans leur mutation digitale » (source : Le Journal de l’Agence).

Pour le montpelliérain Michaël Lalande, fondateur d'Idéalys, La French Prop Tech est « un cadre, une structure porteuse que d'autres entreprises en France pourront rejoindre, l'idée étant d'identifier des têtes de file qui fédèreront d’autres acteurs sur leur territoire ». L’objectif à court et moyen terme est d’obtenir jusqu'à 150 ou 200 adhésions.

Au-delà de cette volonté d’agrégation et d’échanges, l’association compte obtenir l’appui de la French Tech et représenter, au sein du réseau, une thématique dédiée à l’immobilier du futur. Un objectif tout à fait réaliste au regard du potentiel de croissance affiché par le secteur : l’investissement dans les technologies immobilières aurait augmenté massivement au cours de ces cinq dernières années, passant de 142 millions de dollars US en 2012 à 5 366 millions en 2017. En France, environ 80 M€ ont été collectés l’an dernier à la suite d’une trentaine de tours de table.

Retour aux actualités