La domotique pour réduire la facture d’énergie

 06.04.2017  Digitalisation

Le coût toujours plus élevé du chauffage conduit de nombreux foyers à opter pour des solutions domotiques capables de de réguler leur consommation en fonction de leurs besoins réels.

L’hiver qui vient de s’achever a dû peser lourd sur la facture des français. Si l’ampleur des coûts supportés par les ménages est encore difficile à évaluer, il est possible d’en faire une estimation indicative sur la base de moyennes relevées dans les logements en 2016, année qui n’a pas connu de vagues de froid, contrairement à 2017 : pour se chauffer les français avaient déboursé en moyenne 1 611 euros, indique une étude réalisée par le site quelleenergie.fr à partir d’un échantillon de 19 663 particuliers. L’impact de cette facture globale sur les budgets diffère en fonction des énergies utilisées : il est plus cher pour l’électricité (1 726 euros) que pour le gaz (1 415 euros). Le fioul, qui alimente encore 19% des foyers français, présente la charge la plus lourde (1 927 euros) mais son prix par  m² chauffé est plus abordable (12,6 euros, contre 15,9 € pour les systèmes électriques).

Précarité énergétique

Ces chiffres s’inscrivent dans un contexte social assez difficile que l’ONPE* a mis en évidence dès novembre 2016 : 6 millions de ménages  consacreraient 10% de leurs revenus à leurs dépenses en gaz et en électricité,  un taux d’effort qui définit le stade à partir duquel un ménage tombe dans la « précarité énergétique » (ils étaient 5,1 millions en 2014). Selon cette étude, « un million de ménages cumuleraient une situation d’inconfort thermique (sensation de froid) et de vulnérabilité économique ».

La hausse du prix des ressources explique ces difficultés croissantes mais la notion de précarité énergétique englobe aussi « la mauvaise conception et isolation des bâtiments contre le froid » et « le gaspillage » lié à des niveaux de consommations inadéquats.

Nombreuses sont les études à démontrer qu’une installation défaillante et mal adaptée à l’environnement extérieur entraîne un mauvais transfert de chaleur et provoque une perte de 30% d’énergie par le toit et jusqu’à 25% par les murs.

Piloter son chauffage à distance

Les technologies de la domotique, qui permettent d’interconnecter les équipements électriques et d’automatiser leurs usages grâce aux outils digitaux, visent à limiter les gâchis et optimiser la consommation d’énergie en fonction des besoins réels en milieu domestique.

Des systèmes de chauffage sont aujourd’hui pilotés depuis un thermostat connecté, un gestionnaire d’énergie ou un programmateur d’ambiance :

  • Les utilisateurs de radiateurs « intelligents » ont la possibilité de procéder à un réglage économique de leur système en définissant eux-mêmes les tranches horaires au cours duquel l’appareil diffuse une température moins importante. Mieux, ces équipements sont aujourd’hui dotés de détecteurs qui ajustent le niveau de chaleur émis par le radiateur en fonction du nombre de personnes présentes dans la pièce ou la maison (avec extinction automatique en cas d’absence) ou de la température ambiante naturelle (une fenêtre ouverte, par exemple).
  • Des thermostats « intelligents » sont aussi capables de mémoriser les habitudes et comportements des occupants du logement en fonction de leur rythme de vie, en semaine et le week-end: le chauffage se règle automatiquement à la hausse peu avant leur retour à la maison, en mode économique au moment de leur départ, et à la baisse chaque nuit.
  • La plupart de ces outils sont pilotables à distance grâce à une connexion wi-fi.

Pour rappel, la part du chauffage dans le budget énergie d’une habitation s’élève à près de 70%. Mais ce coût n’est pas une fatalité : selon l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la maîtrise de l’énergie), il suffit de réduire d’un degré la température ambiante d’une maison pour alléger sa facture de 7%.

*ONPE : Observatoire National de la Précarité Energétique.

Retour aux actualités