Pourquoi le déménagement stresse les français ?

 03.12.2018  Conseils / Service clients

Environ 3 millions de français changent de domicile chaque année. Pour 71% d’entre eux, ce nouveau départ ne se fait pas sans heurts ni dans une grande sérénité, indique une récente étude OpinionWay.

La hausse des transactions immobilières enregistrées au cours de ces deux dernières années traduit une autre réalité pour les ménages français : celle du déménagement. La majorité des personnes concernées justifient cette entreprise par des motifs professionnels qui les amènent à changer de commune de résidence pour se rapprocher de leur lieu de travail, suite à une embauche ou une mutation. Mais les raisons familiales tiennent aussi une place importante dans cette prise de décision : en 2016, ils étaient 46% à invoquer un mariage, un divorce ou la volonté d’investir dans un logement plus grand après la naissance d’un enfant…

L’effet rebutant de la paperasserie

Le contexte dans lequel s’inscrit le déménagement détermine le degré d’appréhension qui accompagne sa préparation et son déroulement : or, 71% des français disent avoir éprouvé du stress à cette occasion, relaye un récent sondage réalisé par OpinionWay.

Dans plus de la moitié des cas (52%), l’empilement des démarches administratives à effectuer se révèle comme le facteur le plus anxiogène dans la mesure où il exige un minimum d’anticipation, capacité dont manquent souvent les ménages qui font leurs cartons pour la première fois: les formalités sont en effet très nombreuses, depuis la résiliation du bail pour les locataires à prévoir à J-3 mois (voire J- 1 mois en zone tendue), jusqu’aux formalités d’inscriptions dans un nouvel établissement scolaire à entreprendre dès que possible auprès de la Mairie ou du Rectorat, en passant par le transfert de l’assurance habitation (J-15), le changement d’adresse à notifier aux services fiscaux (J-15), la réexpédition du courrier à organiser (J-7), l’ouverture des contrats d’énergie à planifier dans le nouveau logement (J-15 à J-2) et les relevés de compteurs à fournir aux différents opérateurs. 

Les jeunes plus stressés que leurs anciens

A en croire l’étude d’OpinionWay, cette longue étape dédiée à la paperasserie rebute davantage les jeunes de moins de 35 ans (54%) que les quinquagénaires (41%). Elle semble également susciter plus de stress chez les locataires (52%, contre 44% chez les propriétaires). Enfin, un peu plus du tiers des sondés se disent angoissés à l’idée de régler des frais de déménagement qu’ils estiment trop élevés, quel que soit, d’ailleurs, le moyen utilisé (recours aux prestations de professionnels ou à la  location d’un camion ou de garde-meubles).

Autre sources d’inquiétude pour les foyers en sur le départ : la préparation, le tri et l’entreposage des affaires à transporter vers leur nouvelle adresse. Cette activité, qu’on réduit très souvent à de l’emballage, est très chronophage : à preuve, 44% des personnes interrogées affirment y avoir passé près de 30 heures, un labeur qui grimpe à 40 heures pour les plus de 50 ans, et descend à 20 heures pour les plus jeunes (moins de 35 ans). La moyenne du panel estime à 5 heures le temps qu’il a fallu pour trouver le nombre de cartons suffisants et pour trouver un espace de stockage.

Retour aux actualités